touteslesprieres.com
FR EN ES
Déjà membre ? Connexion | Pas encore ? Inscription




Benoît XV (1914 - 1922)

258e Pape de l'Eglise Catholique

Dernière mise à jour : lundi 31 août 2020 à 16:44

 

Giacomo Della Chiesa, qui deviendra Pape sous le nom de Benoît XV, est né à Gênes le 21 novembre 1854, troisième de quatre enfants, du marquis Giuseppe (appartenant à une famille patricienne dont les origines remontent à l'époque de Sant'Ambrogio) et de Marchesa Giovanna Migliorati.

Un étudiant extérieur au séminaire de sa ville, à l'âge de quinze ans, il a exprimé le désir d'entrer dans le sacerdoce, mais son père lui interdit: "Nous en reparlerons quand vous aurez terminé vos études laïques". Ainsi, le 2 août 1875, le jeune Giacomo obtint son diplôme en droit et, avec l'accord de son père, entra au Collège Capranicense de Rome, d'où il quitta un prêtre le 21 décembre 1878. Admis à l'Académie pontificale des nobles ecclésiastiques, où ils furent formés pour service diplomatique du Saint-Siège jeunes appartenant à des familles patriciennes, en 1883 il part pour Madrid avec les fonctions de secrétaire du Nonce Mariano Rampolla del Tindaro, avec qui il revient en 1887 lorsque le légat distingué est créé Cardinal et nommé Secrétaire d'État de Léon XIII. Minutante et suppléant de la Secrétairerie d'État,

Évêque consacré par Pie X dans la chapelle Sixtine le 22 décembre 1907, Monseigneur Della Chiesa est destiné à diriger le diocèse de Bologne, où il arrive à l'improviste le soir du 18 février 1908. Avec la ferveur qui est la sienne - dans de nombreux quartiers, il a été défini " l'homme de devoir »- l'archevêque qui succéda au cardinal Domenico Svampa se consacra à la pastorale avec un soin infatigable et avec une sensibilité exceptionnelle, à tel point que le 25 mai 1914, il fut élevé à la pourpre. Mais moins de trois mois plus tard, le 20 août, à la suite d'une crise de bronchopneumonie, Pie X mourut.

Ce sont des jours dramatiques. Le monde est bouleversé. Le 28 juillet, l'Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie et, de son côté, l'Allemagne déclare la guerre à la Russie le 1er août et à la France le 3 août. Le 4 août, les troupes allemandes envahissent la Belgique neutre pour attaquer la France et le même jour la Grande-Bretagne déclare la guerre à l'Allemagne. La quasi-totalité de l'Europe est engagée dans des opérations de guerre.

Dans la situation pénible qui voit tant de peuples militairement opposés, qui peuvent monter sur le trône de Pierre sinon un homme qui connaît parfaitement les problèmes des gouvernements et des sociétés en lutte, un homme qui depuis plusieurs décennies a travaillé avec le Rampolla et le Joyeux de la Val? C'est ainsi qu'un cardinal nommé Cardinal pour seulement trois mois a été élu Pape par le Conclave qui s'est réuni le 31 août: Giacomo Della Chiesa qui - à la mémoire de Prospero Lambertini, qui l'avait précédé comme Archevêque de Bologne et Pontife de l'Église - prend le nom de Benoît XV. L'heure étant tragique, le nouveau Pape ne veut pas que la consécration pontificale solennelle ait lieu dans l'admirable grandeur de la Basilique du Vatican, mais dans la Chapelle Sixtine. Trop de deuil, trop de larmes déchirent l'humanité, Ubi primum qui s'adresse le 8 septembre à « tous les catholiques du monde »: « Quand de ce sommet apostolique nous avons tourné notre regard vers tout le troupeau du Seigneur confié à nos soins, aussitôt l'immense spectacle de cette guerre nous a comblés. âme d'horreur et d'amertume, notant qu'une grande partie de l'Europe, dévastée par le fer et le feu, est rouge du sang des chrétiens ... Prions et implorons fortement ceux qui gouvernent le sort des peuples de mettre fin à toutes leurs disputes dans l'intérêt de société humaine ".

Le drame de la guerre - et il ne pourrait en être autrement - est l'angoisse constante qui a assailli Benoît XV pendant tout le conflit. Dès la première encyclique - Ad beatissimi Apostolorum du 1er novembre 1914 - en tant que " Père de tous les hommes ", il dénonça que " chaque jour la terre sent le sang neuf et se couvre de morts et de blessés ". Et il prie les princes et les dirigeants de considérer le spectacle déchirant présenté par l'Europe: « le plus sombre, peut-être, et le plus triste de l'histoire de l'époque ».

Malheureusement, son invocation répétée pour la paix, récupérée de l'Évangile de Luc - «La paix sur la terre aux hommes de bonne volonté » - reste inaudible. Quelles sont les raisons? Il en identifie lui-même les principaux: le manque d'amour mutuel entre les hommes, le mépris de l'autorité, l'injustice des relations entre les différentes classes sociales, le bien matériel devenu le seul objectif de l'activité humaine.

La situation difficile du Saint-Siège, « prisonnier » à Rome après le 20 septembre 1870, s'aggrave lorsque, le 24 mai 1915, l'Italie, restée neutre depuis près d'un an, entre en guerre: les États ennemis d'Italie se retirent leurs représentants diplomatiques accrédités au Vatican et les transfèrent en Suisse. Le lendemain, 25 mai, par écrit au cardinal Serafino Vannutelli, doyen du Sacré Collège, Benoît XV a exprimé son amertume devant le fait que son invocation pour la paix soit jusqu'à présent tombée dans l'oreille d'un sourd: «La guerre continue de saigner l'Europe et elle ne fuit même pas sur terre et en mer des moyens de délit contraires aux lois de l'humanité et au droit international. Et comme si cela ne suffisait pas, le terrible incendie s'est également propagé à Notre bien-aimée Italie, faisant malheureusement aussi peur pour elle cette succession de larmes et de désastres qui accompagnent habituellement chaque guerre ».

Le 28 juillet suivant, à l'occasion du premier anniversaire du déclenchement de la guerre, il a adressé une exhortation sincère à tous les peuples belligérants et à leurs dirigeants pour qu'ils mettent un terme au " terrible carnage qui déshonore l'Europe depuis un an maintenant ". Et dans l'Allocution de Noël du même 1915, dirigée au Sacré Collège des Cardinaux, il condamne pour la énième fois la régression anti-chrétienne de la civilisation humaine, qui a réduit le monde à un « hôpital et ossuaire ».

Le Pontife, armé de la plus grande puissance spirituelle, est néanmoins impuissant face à la poursuite du conflit. Mais il n'a pas abandonné, et alors qu'il travaillait pour les populations et les régions les plus touchées, envoyant et stimulant de l'aide aux enfants affamés, aux blessés et aux prisonniers, le 24 décembre 1916, s'adressant au Sacré Collège des Cardinaux, il invoqua une fois de plus " que paix juste et durable qui doit mettre fin aux horreurs de la guerre actuelle ». En vain: la tragédie se poursuit sur les camps de la mort, mais Benoît XV ne cède pas non plus et le 1er août 1917 il envoie cette Exhortation , Dès le début , aux chefs des peuples belligérants , dans laquelle il indique des solutions particulières, propres à mettre fin à «l' inutile massacre". L'expression du Vicaire du Prince de la Paix, visiblement mal interprétée, suscite plus de protestations que de consensus. Alors que les pangermanistes le considèrent comme un instrument visant à arracher la victoire des mains des empires centraux désormais très rapidement, en Italie et en France il y a ceux qui la jugent même au service de l'Allemagne et de ses alliés, à tel point que Georges Clemenceau définit Benoît XV comme le " Pape boche " (le " Pape allemand "). Ce sont l'amertume de ceux qui regardent le monde avec un œil paternel!

Une certaine joie, cependant, que le Pontife de l'Église a pu savourer même à cette époque, lorsqu'avec la Bulle Providentissima Mater du 27 mai 1917 promulgue le nouveau Code de droit canonique , déjà souhaité par le Concile Vatican et voulu par Pie X, et quand - particulièrement attentif aux problèmes des Églises orientales - avec le Motu proprio Dei providenti du 1er mai 1917, il fonda la Sacrée Congrégation pour l'Église d'Orient, et avec le Motu proprio Orientis catholici du 15 octobre 1917 il fonda l'Institut pontifical d'études orientales à Rome, avec une bibliothèque attenante largement équipée d'ouvrages spécifiques.

D'autres joies qui satisfont son esprit religieux proviennent des homélies que lui-même - évêque parmi ses prêtres - consacre annuellement aux curés et prêtres qui prêcheront à Rome à l'occasion du Carême. Se référant au message que Jésus a adressé aux apôtres - « Allez, prêchez l'Évangile à toute créature » - Mgr Benoît recommande à ses collaborateurs de ne pas tant viser à corriger l'intellect qu'à « réformer le cœur. En effet, la correction même des erreurs de l'esprit doit être orientée vers l'amélioration de la vie pratique des auditeurs ». En cela, il a été inspiré par Saint Paul qui, après avoir parlé aux fidèles de Corinthe, a dit que sa prédication n'était pas basée uniquement sur des discours de la sagesse humaine.

La fin de la guerre, sans cesse invoquée par le Pontife et maintenant souhaitée non seulement par les peuples mais aussi par certains chefs d'État et de gouvernement, arrive enfin à l'automne 1918. Benoît XV, qui a tant fait pour atténuer les dégâts de l'immense fléau, continue d'œuvrer en faveur des plus touchés, et avec l'encyclique Paterno iam diu du 24 novembre 1919 invite ceux qui se soucient de l'humanité à offrir de l'argent, de la nourriture et des vêtements, notamment pour aider les enfants, la catégorie la plus exposée .

Bien entendu, l'attention du Pape est également consacrée aux travaux de la Conférence internationale de la paix - inaugurée à Paris le 18 janvier 1919 et destinée à se terminer avec le traité du 28 juin 1919 - pour l'heureuse issue de laquelle, avec l'encyclique Quod iam diu du 1er décembre 1918, il avait invité des catholiques du monde entier à prier, dans l'espoir que les délégués adopteraient des décisions fondées sur les principes chrétiens de justice.

Conscient des tâches qui lui sont confiées au service des âmes à travers le monde, avec l'Encyclique Maximum illud du 30 novembre 1919 Benoît XV consacre son attention particulière à l'excellent travail accompli par les missionnaires qui, parfois au péril de leur vie, sont appelés à prêcher l'Évangile à chaque créature. Il exhorte les hérauts de la parole divine à mener leur ardue apostolat avec tout l'enthousiasme que conseille la charité chrétienne, s'engageant à préparer un clergé indigène capable de s'administrer.

Dévoué aux grandes figures qui ont honoré l'Église, à l'occasion de célébrations particulières, il illustre par des documents analytiques la vie et le dévouement aux idéaux religieux de personnages qui méritent d'être signalés à la pitié de tous: Margherita Maria Alacoque (Allocution Non va fari del 6 Janvier 1918; Bolla Ecclesiae consuetudo du 13 mai 1920); San Bonifacio (encyclique In hac tanta du 14 mai 1919); Jeanne d'Arc ( distribution divine de taureaux du 16 mai 1920); San Girolamo (encyclique Spiritus Paraclitus du 15 septembre 1920); Efrem il Siro (encyclique Principi Apostolorum du 5 octobre 1920); Saint François d'Assise (Encyclique Sacra propediemdu 6 janvier 1921); Dante Alighieri (encyclique In praeclara du 30 avril 1921); Domenico di Guzman (Encyclique Fausto appetente du 29 juin 1921).

Benoît XV, aigri par les rancunes qui divisent les peuples même après la fin de la guerre, se demande pourquoi tant d'hostilités peuvent survivre alors que l'enseignement du Christ - et l'encyclique Pacem, Dei munus du 23 mai 1920 le déclare explicitement - avec la clarté, toujours, que tous les hommes de la terre doivent se considérer comme frères.

Malheureusement, même si les armes internationales sont pour la plupart silencieuses, les haines de parti et de classe s'expriment avec une violence dramatique en Russie, en Allemagne, en Hongrie, en Irlande et dans d'autres pays. La malheureuse Pologne risque d'être accablée par les armées bolcheviques; L'Autriche « lutte au milieu des horreurs de la misère et du désespoir » écrit le Pontife le 24 janvier 1921, implorant l'intervention de gouvernements inspirés par les principes d'humanité et de justice; le peuple russe, frappé par la faim et les épidémies, connaît l'une des catastrophes les plus effrayantes de l'histoire, au point que - comme le note Benoît XV dans une épître du 5 août 1921 - « du bassin de la Volga, des millions d'hommes invoquent, avant à la mort la plus terrible, l'aide de l'humanité ».

Même en Italie, où les conflits survenus à la suite des affrontements de la Porta Pia en 1870 survivent entre l'État et le Saint-Siège, les groupes politiques sont en conflit. Afin de les atténuer - avec une anticipation louable du Concordat du Latran qui sera signé le 11 février 1929 - le Pontife, s'adressant en mars 1919 aux Juntes diocésaines d'Italie, annule effectivement le " non expedit " qui, à la suite du décret du 10 septembre 1874 du Sacré Pénitencier, interdit aux catholiques de participer aux élections et à la vie politique en général. En conséquence, l'espoir que les catholiques puissent s'organiser officiellement prend forme, à tel point que le prêtre sicilien Luigi Sturzo, en appelant en 1919 " aux libres et forts», Peut donner vie au Parti populaire italien, et le Père Agostino Gemelli peut fonder l'Université catholique du Sacré-Cœur de Milan, réconfortée par le Pape avec l'épître Cum semper Romani du 9 février 1921.

Mais la situation querelleuse, turbulente et sanglante qui domine l'Italie empêche tous les partis, y compris celui fondé par Don Sturzo, d'exercer leurs activités librement et démocratiquement. Benoît XV est si affligé et inquiet que le 25 juillet 1921, avec son propre chirographe, il invite les Italiens à réciter la prière O Dieu de bonté , composée par lui, avec laquelle il invoque le Seigneur et la Vierge pour promouvoir la réconciliation nationale et concorde dans le pays « où la piété chrétienne souriait le plus, et qui était le berceau de toute bonté ». Tous les fidèles, pour chaque fois qu'ils réciteront cette invocation, se verront accorder une indulgence de 300 jours.

Seule une foi authentique et illimitée peut guider l'action du Pape de l'Église, appelé à travailler dans l'une des périodes les plus difficiles et dramatiques de l'histoire humaine. Il avait très peu de satisfaction. Avant de mourir, il note avec une satisfaction légitime que les États accrédités auprès du Saint-Siège - quatorze au moment de son élection - sont passés à vingt-sept. Et il apprend aussi que le 11 décembre 1921 une statue qui lui est dédiée a été inaugurée sur une place publique de Constantinople, au pied de laquelle il est écrit:

Au grand Pontife
de l'heure tragique du monde
Benoît XV
Bienfaiteur des peuples
sans distinction
de nationalité et de religion
en signe de reconnaissance de
l'Orient
1914-1919
 ".

Frappé de bronchopneumonie, il cesse de vivre le 22 janvier 1922.





 
Pape précédent :
Pie X

257e Pape de l'Eglise Catholique

Pape suivant :
Pie XI

259e Pape de l'Eglise Catholique

 


© 2015 - 2021 - www.touteslesprieres.com | www.allPowerfulPrayers.com | Cookies | Conditions d´utilisation

promouvoirCompetences.com