Christianisme >> Prières >>Prières d'intercession

Prières d'intercession

L’intercession est le caractère particulier et très important d’un aspect de la prière. Comme le mot l’indique, intercéder signifie agir comme médiateur, requérir une faveur pour autrui.
En intercédant, nous intervenons auprès de Dieu pour le bien des autres. C’est un service de grande valeur que celui qui consiste à prier pour ceux qui sont les objets de nos affections et pour ce qui est cher au coeur du Seigneur, tout spécialement son assemblée.

Plus encore, la Parole nous enseigne à prier pour ceux qui nous font du tort et nous persécutent (Matt. 5:44). Le Seigneur a intercédé pour les transgresseurs (És. 53:12 et Luc 23:34). Etienne a pu dire : «Seigneur, ne leur impute point ce péché» (Actes 7:60).
La Parole contient d’innombrables exemples d’hommes de Dieu qui, s’oubliant eux-mêmes, sont intervenus en intercédant avec insistance, constance et même hardiesse, désirant ardemment le bien du peuple de Dieu.
Relevons toutefois que de telles interventions ne seront agréées que dans la mesure où elles seront pratiquées en toute révérence et soumission, car nous ne saurions donner des ordres à Dieu.
Moïse remplit à maintes reprises le rôle d’intercesseur. En Exode 32, après le veau d’or, il implore l’Éternel en disant : «Reviens de l’ardeur de ta colère, et repens-toi du mal que tu veux faire à ton peuple. Souviens-toi d’Abraham, d’Isaac et d’Israël... auxquels tu as juré par toi-même». Tenant dans ses mains les tables qu’il doit briser, sur lesquelles était écrite une loi inflexible, il base son intercession sur les promesses de bénédiction inconditionnelles faites aux pères (v. 13). Dans cette même circonstance, il intercède pour Aaron afin qu’il ne soit pas détruit (Deut. 9:20).
Plus tard, en Nombres 14, après le mépris par le peuple du pays exploré, Moïse, à l’ouïe de la sentence divine, intercède encore. Ayant entendu auparavant, sur le mont Sinaï, la proclamation de la miséricorde, de la grâce et de la bonté de Dieu (Ex. 34:6), il intercède en faisant appel à ces mêmes caractères, disant : «comme tu as parlé». Alors l’Éternel use de grâce et se laisse fléchir en disant : «J’ai pardonné selon ta parole». Toutefois, le gouvernement s’exerce, ce qui ne saurait amoindrir la réalité du pardon.
À Mitspa, Samuel prie l’Éternel pour le peuple. Conscient de la valeur de cette intercession, Israël dit au prophète : «Ne cesse pas de crier pour nous à l’Éternel» (1 Sam. 7:5-9). Ezéchias pria l’Éternel pour ceux qui mangeaient la pâque sans s’être purifiés, afin que cette négligence leur fût pardonnée ; et l’Éternel l’écouta (2 Chron. 30:18-20). Lors de la dédicace du temple de Salomon, ce roi adressa une prière à l’Éternel au cours de laquelle il intercéda pour le peuple par anticipation, disant : «S’ils ont péché contre toi... et que tu te sois irrité» et qu’ils disent : «Nous avons péché ... alors, écoute, ... leur prière et leur supplication, et fais-leur droit et pardonne» (1 Rois 8:46-50).
Nous pourrions multiplier les citations en parlant de David, Esdras, Daniel, Jérémie, Paul et tant d’autres encore. L’intercession demande du discernement pour être conduits à requérir, dans nos prières, ce qui est selon la pensée de Dieu et qui contribue à la bénédiction de ceux qui en sont les objets. Nous pouvons encore remarquer que, durant le jour de Christ, alors introduits dans la gloire, nous serons sacrificateurs, faisant partie de l’ensemble constitué par les vingt-quatre anciens qui, selon Apocalypse 5:8, tombent sur leurs faces devant l’Agneau, ayant chacun une harpe et des coupes d’or pleines de parfums qui sont les prières des saints.
Comme tels, nous remplirons cet office céleste en faveur des croyants souffrant ici-bas durant la période apocalyptique, opprimés sous le règne de l’antichrist. Intéressés à leurs circonstances, nous présenterons leurs prières comme enrobées de la justice divine (coupes d’or). N’est-il pas bienfaisant de penser que la sacrificature que nous exerçons présentement se poursuivra d’une façon parfaite dans le ciel à l’égard des saints se trouvant sur la terre durant le jour du Seigneur ? Pour nous-mêmes, il nous est dit que l’Esprit intercède par des soupirs inexprimables (Rom. 8:26).
L’épître aux Hébreux développe richement l’office céleste qu’exerce le Seigneur en notre faveur, en tant qu’intercesseur, étant toujours vivant pour intercéder pour nous (ch. 7:25 et Rom. 8:34). Comme tel, divin et parfait médiateur, il prie en notre faveur et paraît devant Dieu pour nous afin que nous recevions la bénédiction dont nous avons besoin. Nous reprendrons ce sujet ultérieurement.

Toutes les prières : Prières d'intercession